Non aux sous-statuts

28 novembre 2018

Régulièrement, les rapports,  études et autres chiffres tombent. Nos salaires ne tiennent pas les comparaisons internationales. Et ce n’est pas la « glaciation » du point d’indice Fonction publique ou le retour du jour de carence qui vont arranger notre situation alors que l’inflation redémarre.


En revanche, pour ce qui est de la dégrader nous pouvons toujours compter sur des réductions d’enveloppes pour rembourser nos éventuels frais de déplacement, des modalités de calcul désavantageuses, des retards de paiement ainsi que sur l'entrisme des organisations de la structure catholique laquelle préfère utiliser l'argent public à ouvrir des classes plutôt qu'à rémunérer convenablement le personnel.

 

A cela s'ajoute le fait que lauréats d'un CAER, d'un CAFEP nous ne sommes pas fonctionnaires et donc gagnons moins alors que nous travaillons autant. Non-lauréats des concours, maitres-auxiliaires des établissements privés sous contrat, nous gagnons moins et travaillons autant que les non-lauréats des établissements publics ...

 

Cette rupture d'égalité ne sert pas nos intérêts :

 

Le Snep-Unsa revendique :

  • le statut de fonctionnaire pour tous les lauréats du concours ;
  • le statut de contractuel (du public) pour tous les MA dans l'attente de leur réussite au concours;
  • une négociation salariale et indemnitaire tous les ans ;
  • un compte individuel d’équipement professionnel ;
  • Des heures supplémentaires réellement majorées (+25% de l'heure normale dès la première heure) ;
  • la suppression du jour de carence ;
  • l’accès à la hors classe pour tous ;
  • un ratio classe exceptionnelle en hausse ;
  • la rémunération systématique de toute mission au service du collectif (coordination de cycle, Sport scolaire, coordination, …), notamment via les IMP ;
  • un volume d'indemnité pour missions particulières (IMP) équivalent à celui attribué pour les établissements publics,
  • le remboursement effectif et  rapide de tout déplacement dans le cadre professionnel et l’augmentation du montant des frais de déplacements,
  • le paiement en HSA uniquement lorsque les collègues sont en temps complet et non pour compléter des temps incomplets.

 

À ùon niveau d’engagement professionnel, je mérite un statut à part entière !

L'UNSA, 2ème syndicat de l'Education nationale porte avec d'autres syndicats (FSU principalement) les avancées qui ont permis aux enseignants d'avoir un statut à part entière, être fonctionnaire.

 

 

Tout cela ne sert pas les intérêts de responsables d'organisations maisons qui  se satisfont fort bien du sous-statut qui nous est imposé et qui leur permet d'avoir des décharges syndicales et des invitations au ministère et dans des associations.


Ce sous statut par rapport à celui de fonctionnaire =  salaires et indemnités inférieures, opacité des mutations,  formations professionnelles squelettiques et impossibilité d'avoir de vraies évolutions de carrière (devenir inspecteurs, professeurs dans le supérieur, au CNED, ...).


Est-ce là le but de l'engagement syndical ?


Sans ce sous-statut imposé (contractuel de droit public et non fonctionnaire), les responsables de certaines organisations syndicales n'auraient probablement pas de décharges d'heures.


Voter pour les 3 syndicats maisons (SPELC, FEP-CFDT et SNEC-CFTC), c'est continuer dans ce système inégalitaire : refus de l'égalité du statut.

 

Ne préférez-vous pas, l'égalité du statut ?

 

A vous de choisir, avec le Snep UNSA, c'est l'égalité du statut !

SNEP - UNSA
21 rue Jules Ferry
93177 Bagnolet cedex 

 

Téléphone

0652608311 0652608311


contact(at)snep-unsa.fr


Vous pouvez aussi utiliser notre formulaire en ligne. 

 

Si vous souhaitez vous abonner à nos lettres d'informations ou vous desabonner .

 

Cliquez ici


Appel

Email