Famille de métiers : kesako ?

28 mai 2018

 

Le ministre a annoncé l’expérimentation de plusieurs « familles de métiers » à la rentrée 2019.
 
Ce concept de « familles de métiers » est apparu dans le rapport Brunet sur l’apprentissage et a été repris dans le rapport Calvez-Marcon.

Il s’agit d’étudier si certains métiers présentent de nombreuses compétences communes et si c’est le cas de les regrouper dans une grande « famille ». L’offre de formation serait alors restructurée sur la base de ces « familles » en créant des « socles professionnels diplômants par domaines de spécialité (socle des métiers de la relation et des services, socle des métiers de l’énergie et des systèmes, socle des métiers du design et de la communication, socle des métiers de la réalisation des ouvrages…).

L’adaptation à un métier précis se ferait dans l’entreprise et par des éléments de spécialisation (options, certifications, attestations, mentions complémentaires, certificats de qualification professionnelles, etc… ».
 
Dans le document du ministère destiné à la presse, on évoque les familles suivantes :
  • Métiers de l’aéronautique
  • Métiers de la réalisation de produits mécaniques
  • Métiers du numérique et de la transition énergétique
  • Métiers de la maintenance des équipements industriels et des véhicules
  • Métiers du pilotage d’installations automatisées
  • Métiers des industries graphiques et de la communication
  • Métiers du bois
  • Métiers de la construction durable, du bâtiment et des travaux publics
  • Métiers des études et de la modélisation numérique du bâtiment
  • Métiers de la beauté et du bien-être
  • Métiers de la gestion administrative, du transport, de la logistique et de la sécurité
  • Métiers de la relation client
  • Métiers de l’hôtellerie-restauration, tourisme
  • Métiers de bouche
Il est toutefois précisé que certaines spécialités ne pourraient entrer dans une « famille », car trop spécifiques.
 
Si cette nouvelle approche de l’offre de formation présente l’avantage d’offrir la possibilité aux élèves d’une spécialisation progressive, elle présente un risque important de déprofessionnalisation de la formation assurée dans le LP.

La professionnalisation ne peut être confiée uniquement aux entreprises, tant la qualité des PFMP est variable, sans mentionner les inégalités d’accès pour les jeunes à des lieux de stage réellement « apprenants ».

Tout se jouera donc pour nous dans la taille de ces familles : les regroupements de spécialités ne devront pas être trop larges pour éviter la déprofessionnalisation. La place des enseignements professionnels devra rester importante et l’approche « métier », qui marque une rupture motivante par rapport au collège, devra être conservée.
 
 

SNEP - UNSA
21 rue Jules Ferry
93177 Bagnolet cedex 

 

Téléphone

0652608311 0652608311


contact(at)snep-unsa.fr


Vous pouvez aussi utiliser notre formulaire en ligne. 

 

Si vous souhaitez vous abonner à nos lettres d'informations ou vous desabonner .

 

Cliquez ici


Appel

Email