Formiris : où va l'argent public pour la formation des enseignant(e)s ?

4 novembre 2017

 

Se former en début de carrière, se maintenir à niveau au cours de celle-ci, changer de matière d'enseignement, parfois changer de métier,  voilà nos préoccupations d'enseignant(e).

 

Dans la fonction publique, les agents disposent, en moyenne de 3.5 journées de formation par année.

 

Pour les 140.000 enseignant(es) des 83.133 classes sous contrat d'association avec l'enseignement public (7.694 établissements privés), l'impôt des francais (de tous les francais) est mis à contribution à hauteur de 37 millions d'euros en 2017.

 

Le ministère fait le choix (discutable)* depuis 2005 de verser un chèque (37 millions d'euros) à une association loi 1901, Formiris, contôlée par les représentant(e)s des évèques, des directeurs et où siègent 4 organisations syndicales (Spelc, Fep-Cfdt, Snec-Cftc et Cgt-Ep).

 

* Ce choix est discutable car les enseignant(e)s disposent déjà d'un dispositif - GAIA - pour partir en formation et -Imagin - pour se faire rembourser de leurs frais.  Ils disposaient de lieux de formation les IUFM devenues ESPE (que l'on trouve dans son département/académie).

 

Rapporté au nombre d'enseignant(e)s cela ouvrirait un droit d'environ 260 € par année et par enseignant.

 

Le ministère nous informe (par un courrier en date du 9 mars 2017) que Formiris consacre 20% du budget à des frais de gestion ...

 

Les enseignant(e)s pourraient donc logiquement disposer d'un crédit individuel de 208 €/an.

 

Or dans l'établissement, la direction les informe que ce droit est d'environ ... 24 €/an (en baisse par rapport à 2016).

 

De 208 € à 24 €  il manque donc 184 €  soit, au global, plus de 25 millions d'euros, uniquement pour l'année en cours. 

 

Dans le reste de la fonction publique, les agents partent 3.5 jours en moyenne par année. Avec 24 €, une 1/2 journée en moyenne devient possible ?

 

Sept (7) fois moins que dans le reste de la fonction publique !

 

En pendant ce temps, tel directeur d'établissement, (ou FORMIRIS) refuse des formations, refuse de rembourser des frais liés à la formation professionnelle.

 

Tel directeur diocésain organise une "formation" qui ressemble à du prosélytisme religieux, tout en demandant à des directeurs d'inscrire de force des collègues. 

 

Que dire des "chargés de missions" des DDEC ? Qui paie leurs formations ?  (et leur salaire ?).

 

Gageons que l'argent public n'est pas perdu pour tous.

 

 

Si à vous aussi, votre direction vous a refusé une formation professionnelle

 

Si vous été contraint de participer à une "formation", une "réunion diocésaine", ...

 

Vous pouvez nous contacter 

 

Vous pouvez contacter l'observatoire de la laïcité

 

 

Avis du syndicat :

 

Les enseignant(e)s disposent déjà d'un dispositif d'inscription et de remboursement des frais via les serveurs du rectorat (GAIA, IMAGIN).

Ces dispositifs ont fait leurs preuves : les inscriptions sont simples et les remboursements par virement sont limpides avec trace sur la fiche de paie.

 

C'est pourquoi nous demandons au ministère de verser directement à chacun des rectorats la quote-part correspondante aux besoins en formation pour les enseignant(e)s.

 

Depuis 12 ans, FORMIRIS a largement eu l'occasion de s'enrichir, c'est désormais au tour des enseignant(e)s que de s'enrichir de savoirs et connaissances professionnelles.

 

Pour aller plus loin :

 

Convention formiris

 

20171027 courrier IG formiris pour site.[...]
Document Adobe Acrobat [415.7 KB]
20171023 courrier DAJ pour site.pdf
Document Adobe Acrobat [468.1 KB]
SNEP UNSA communiqué presse formation pr[...]
Document Adobe Acrobat [320.6 KB]

SNEP - UNSA
21 rue Jules Ferry
93177 Bagnolet cedex 

 

Téléphone

0652608311 0652608311


contact(at)snep-unsa.fr


Vous pouvez aussi utiliser notre formulaire en ligne. 

 

Si vous souhaitez vous abonner à nos lettres d'informations ou vous desabonner .

 

Cliquez ici


Appel

Email