Demandes de hors classe et de classe exceptionnelle, notre premier bilan.

L'UNSA et ses syndicats sont impliqués dans La mise en oeuvre de l'accord PPCR qui rappelons le prévoit la possibilité pour tous les enseignants d'accéder à la hors classe après une carrière complète dans la classe normale et, pour quelques-uns d'obtenir une reconnaissance supplémentaire de leur engagement en accédant à la classe exceptionnelle.

 

Depuis 3 mois,  nous intervenons dans les instances paritaires pour suivre les demandes individuelles de nos collègues et veiller à l'application des règles fixées par l'administration.

 

C'est-à-dire :

  • s'assurer que toutes les demandes des agents promouvables  (ceux qui remplissent les conditions) sont bien prises en compte par l'administration,
  • s'assurer que les avis formulés par les "primo-évaluants" (inspecteur et directeurs) et ceux formulés par les Recteurs et Dasen sont conformes,
  • s'assurer que l'ancienneté de service des collègues est correctement prise en compte.

 

Pour les enseignants fonctionnaires en poste dans les établissements publics et privés sous contrat qu'ils soient dans le 1er ou le 2nd degré, nous avons largement pris notre part du travail et les promus ont (ou sont en voie) d'obtenir satisfaction.

 

L'essentiel du travail fourni par nous fut de veiller à ce que les notes prises en compte soient bien les dernières connues.  Que du fait de retard dans les inspections, il y a bien eu une péréquation afin que les collègues concernés ne soient pas lésés.

 

En revanche pour les enseignants en contrat définitif le bilan est plus que mitigé voire médiocre.

 

Ici des enseignants promouvables à la hors-classe ou la classe exceptionnelle ne savaient pas qu'ils l'étaient, donc ils n'ont pas postulé. C'est davantage le cas dans le 1er que le 2nd degré. Pourtant l'accord PPCR prévoit une étude automatique.

 

Là, les dernières notes connues ne sont pas prise en compte pour la formulation des avis.  Ou les avis ne sont pas pris en compte en lieu et place de notes plus ou moins anciennes.

 

Ici les candidatures sont étudiées automatiquement,  là c'est sur la base d'un dossier papier (qui peut se perdre).

 

Ici du fait du peu d'enseignants dans l'échelle de rémunération, personne n'est promu à la classe exceptionnelle (situation des "petites académies").

 

Ici le rectorat conserve les moyens non-utilisés pour les réutiliser l'année prochaine,  là ce ne sera pas réalisé.

 

Avis du syndicat :

 

Nous trouvons cela scandaleux, d'autres (dont nous) ne serons pas surpris. L'intense et régulier travail des syndicats de la structure catholique pour que les enseignants en contrat définitif soient traités "à part" , dans un "petit coin", nous pénalise dans notre carrière.

 

(les 5.000 fonctionnaires des établissements privés, eux, ont eu leurs avancements et promotions étudiées et mis en oeuvre).

 

Ces syndicats, minoritaires ou inexistants à l'Education Nationale mais majoritaires au CCMMEP* disposent (jusqu'en décembre 2018) d'une minorité de blocage. Ils n'ont aucun intérêt au transfert de la gestion de la carrière des enseignants à la DGRH du Ministère.

 

Le Snep UNSA continuera à agir pour l'égalité de traitement, l'égalité du statut et la gestion des carrières dans la transparence en application du principe d'égalité.

SNEP - UNSA
21 rue Jules Ferry
93177 Bagnolet cedex 

 

Téléphone

0652608311 0652608311


contact(at)snep-unsa.fr


Vous pouvez aussi utiliser notre formulaire en ligne. 

 

Si vous souhaitez vous abonner à nos lettres d'informations ou vous desabonner .

 

Cliquez ici


Appel

Email