Audience au Ministère de l'Education nationale : carrières des enseignant(e)s

A notre demande, le 3 octobre 2016, nous avons été reçus par Madame M. Phelizot, conseillère auprès de Madame N. Vallaud-Belkacem et par Monsieur S. Colliat des services en charge des personnels des établissements privés sous contrat (DAF).

 

Nous venions dénoncer les différences de traitement dans leurs carrières voire l'activité professionnelle en fonction de l'établissement où un(e) enseignant(e)s est affecté. Pour nous cela relève de la discrimination.

 

Nous ne sommes pas d'accord avec la mise à disposition par l'Etat d'un budget de plus de 40 millions d'euros à une structure confessionnelle (Formiris) sachant que selon les éléments à notre disposition seulement 2 millions sont disponibles pour les enseignant(e)s des établissements.

 

C'est ainsi que les frais de déplacement, de repas, d'hébergement ne sont pas ou alors sont partiellement indemnisés en violation des dispositions réglementaires. La participation aux journées des inspecteurs peut ne pas être prise en charge.

 

Nous souhaitons que le budget pour les formations soit affecté aux Rectorats au prorata du nombre d'enseignant(e). Ceux-ci sont les seuls garants d'un bon usage de l'argent public pour nos formations d'enseignant(e)s.

 

Nous savons que les personnels non-enseignants en bénéficient, tant mieux pour eux et tant mieux pour les Ogec qui font ainsi des écononomies sur leur budget formation mais c'est illégal.

 

Nous savons que des représentants des évèques s'en servent pour faire leur métier : le prosélytisme , nous ne sommes pas d'accord avec l'usage d'argent public pour ce faire.

 

Nous avons demandé à ce que l'outil utilisé pour les demandes de mutation des enseignant(e)s ("accord professionnel sur l'emploi dans l'enseignement catholique") en violation des dispositions légales et réglementaires par l'administration cesse de l'être et que les outils de gestion du Ministère, des rectorats et des directions des services départementaux soient utilisés.

 

Les informations personnelles (état civil, vie maritale, nombre d'enfants, ...) ne regardent que l'enseignant et l'administration.  Elles n'ont pas à être connues de certains syndicats et des représentants des Eglises.

 

Les enseignant(e)s ont le droit de changer d'établissement, de ville, de département et d'académie sans que les freins mis en place par des structures confessionnelles les gênent voire les empêchent. Sur ce sujet aussi le silence, la complicité, la participation active de certains syndicats (Cftc, Cfdt, Spelc, Cgt, Fo) est bien triste mais c'est ainsi.

 

Nous avons demandé l'interdiction d'octroi d'heure-supplémentaire-année (HSA) aux collègues qui n'ont pas de temps complet.

 

Ce qui devient un outil de gestion des collègues précaires (ou non) est un moyen de rendre le traitement des demandes de mutation encore moins sincère qu'il ne l'est déjà doit cesser.

 

La dignité commande à ce que ce particularisme cesse.

SNEP - UNSA
21 rue Jules Ferry
93177 Bagnolet cedex 

 

Téléphone

0652608311 0652608311


contact(at)snep-unsa.fr


Vous pouvez aussi utiliser notre formulaire en ligne. 

 

Si vous souhaitez vous abonner à nos lettres d'informations ou vous desabonner .

 

Cliquez ici


Appel

Email